Accueil > Actualités
Actualités
Salon Vins Toulouse PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Samedi, 22 Septembre 2018 15:09
Plaisirs, partage, découvertes et convivialité au rendez-vous ! Et si, le temps d’un Week-End, nous prenions un moment pour nous plonger dans les plaisirs gastronomiques de nos régions ?
 
Clos Troteligotte, un Cahors extraordinaire! PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Samedi, 22 Septembre 2018 15:07

Clos Troteligotte, un Cahors extraordinaire!

Par Gwilherm de Cerval, publié le 14/09/2018 à 07:00
 

Le rouge cuvée

Le rouge cuvée "K-or" 2017 du Clos Troteligotte sied parfaitement à l'institution qu'est la saucisse-purée des Arlots.

Gwilherm de Cerval

On reproche aux Cahors d'être trop puissants. Avec le "K-or", en voilà un dans l'air du temps.

Le lieu : Ouvert depuis 2016, Les Arlotss'inscrit déjà dans le zinc des meilleurs bistros de la capitale. À mi-chemin entre un rade populaire et un bar à vin des quartiers branchés, le chef Thomas Brachet propose une ardoise qui se renouvelle tous les jours. Les flacons sont comme ses produits : bio, naturellement. 

Dans le verre : Cahors rouge cuvée "K-or" 2017 du Clos Troteligotte. Depuis 1987, Emmanuel Rybinski a installé son vignoble à Villesèque (ça ne s'invente pas !) sur l'AOC Cahors. Polak d'origine, il est devenu un des meilleurs vignerons de son appellation. Son domaine est constitué d'une magnifique parcelle de 12 hectares de vignes d'un seul tenant, le tout cerclé par la forêt environnante -des conditions idéales pour son travail en biodynamie. Composé du seul cépage malbec, ce vin d'une robe rouge profonde qui habillerait bien une blonde. Le touché de bouche est graphite, poudré, aux arômes de mûres compotées. Un vin d'une grande finesse pour la région. 

Dans l'assiette : Saucisse maison de poitrine de porc, purée de pomme de terre Pompadour et jus corsé (20 €). 

Le mariage : Ce plat est une véritable institution. La chair ferme de la charcuterie et l'onctuosité de la purée (parfaitement beurrée !) marchent très bien avec la texture charnue et la gourmandise du vin. Mention spéciale pour le jus de volaille qui permet à cet accord de mieux fonctionner. Un plat régressif pour un vin jouissif ! 

Prix sur carte : 26 €. Un coefficient x4 logique pour une cuvée servie aussi au verre. 

Le conseil : Commandez directement un magnum lorsque vous êtes deux, cela évitera les allers-retours du serveur pendant son service.

 
Georges Vigouroux, une histoire de famille PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Samedi, 22 Septembre 2018 15:05

Publié le 19/09/2018 à 11:45, Mis à jour le 19/09/2018 à 11:46

Georges Vigouroux, une histoire de famille

Publi-Communiqué

La maison Vigouroux a fait du Malbec sa spécialité.

La maison Vigouroux a fait du Malbec sa spécialité.  

 

Dans le Lot, impossible de passer à côtés des bouteilles estampillées « Georges Vigouroux ». Et pour cause : l’entreprise viticole familiale est devenue au fil du temps totalement incontournable en terres quercynoises. Depuis 1887, quatre générations se sont succédées à la tête du vignoble. Aujourd’hui, la maison Vigouroux exploite pas moins de 150 hectares de vignes. Sa spécialité ? Le Malbec, avec sa feuille ronde et cloquée, sa grappe bien aérée et sa peau noire. Ses vins, l’entreprise familiale les élève dans ses deux vastes domaines : le Château de Haute- Serre, situé près des safranières de Laburgade et à quelques kilomètres de Lalbenque, et le Château de Mercuès, avec ses faux airs de forteresse de conte de fées. Mais ce n’est pas tout. Au-delà de leurs vins, les domaines Georges Vigouroux ont développé depuis de nombreuses années une activité agritouristique très dynamique. Ainsi, au Château de Haute-Serre, nombre d’oenophiles et de gastronomes font étape tout au long de l’année. Au programme : bistronomie dans les chais (La Table de Haute- Serre), visites du vignoble, ateliers de dégustation, ateliers vendanges et cours de cuisine. De la même manière, dans l’enceinte du Château de Mercuès, plusieurs activités alliant tourisme et découverte du vin sont proposées. A la fois Relais & Châteaux 4 étoiles et restaurant gastronomique (Le Duèze), le domaine viticole propose également un bistrot (le bien nommé Bistrot du Château), des séjours « Vignobles & Châteaux », des séjours « De villages en vignobles » et des week-end « Malbec, truffes & fantaisies ».

Maison Georges Vigouroux : route de Toulouse, à Cahors. Tél. : 05 65 20 80 80.

La Table de Haute-Serre, à Cieurac : Tél. : 05 65 20 80 20.

Château de Mercuès :route du château, à mercuès. Tel. : 05 65 20 00 01. www.g-vigouroux.fr

 
La Marianne ne sera plus obligatoire sur les capsules PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Samedi, 22 Septembre 2018 15:02

La Marianne ne sera plus obligatoire sur les capsules

Lundi 25 juin 2018 par Juliette Cassagnes

Article mis à jour le 28/06/2018 11:05:46

 

 https://www.vitisphere.com/actualite-87796-La-Marianne-ne-sera-plus-obligatoire-sur-les-capsules.htm

La CRD avait été mise en place en 1960 pour prouver que les droits d'accise avaient bien été acquittés. Elle est symbolisée par la « Marianne » apposée sur la coiffe des bouteilles - crédit photo : J Cassagnes

 
En France, la circulation des vins était conditionnée à l'apposition d'une CRD depuis 1960. Ce ne sera plus le cas à partir de juin 2019. Explications et réactions.

L'arrêté est tombé ce 12 juin. La Direction Générale des Douanes et Droits Indirects (DGDDI) a décidé de mettre fin à l'obligation d'utiliser la Capsule Représentative de Droits (CRD) – obligation datant de 1960 - pour la mise en circulation des vins en bouteilles ou en BIB jusqu'à 3 litres sur le marché français, et ce, à partir du 1er juin 2019.

Cette « simplification administrative » est l’aboutissement d’une phase de consultation des professionnels de la filière, engagée par la douane en juin 2017. Ces derniers, les maisons de négoce en tout premier lieu, souhaitaient ne plus avoir à différencier dans leur chaîne de production les vins vendus sur le marché national des autres, ces derniers n'étant pas soumis aux droits d'accises et vendus sans CRD. Cette contrainte administrative les obligeait donc à avoir deux lignes d'embouteillage distinctes en fonction de la destination des vins, ce qui engendrait donc des coûts supplémentaires.

"La crainte d'un recours en Conseil d'Etat"

 

La vente de bouteilles avec CRD à l'export est aussi possible et pratiquée, mais ce n'est pas la règle de base : seules les entreprises ayant obtenu des dérogations de l'administration peuvent le faire et cela complique énormément : « c'est une vraie usine à gaz, les douanes ne savent pas si des droits d'accises ont été payés ou non, pouvant entraîner une immobilisation des camions pendant plusieurs jours... C'est beaucoup plus simple et pratique d'exporter sans CRD avec une DAE », explique Régis Cornu, chef du bureau des contributions indirectes de la direction générale des douanes.

L'autre raison pour laquelle cette décision a été prise est d'ordre juridique : la loi inscrite dans le code général des impôts laisse, au choix, soit la CRD, soit un Document Simplifié d'Accompagnement (DSA), pour accompagner la mise en circulation des vins en France. « Continuer à obliger les opérateurs à utiliser la CRD, imposée par un arrêté depuis les années 60, comportait donc un vrai risque de recours en Conseil d'Etat qui pouvait le censurer à tout moment », poursuit le responsable.

Les opérateurs qui fonctionnent en droits suspendus et qui décident de ne plus apposer « la Marianne » à partir de juin 2019 pour leurs ventes en France devront bien-entendu continuer de s'acquitter des droits d'accise, en suivant comme avant la comptabilité matières via le registre de cave et les DRM en fin de mois.

"Des discussions à la rentrée 2018"

 

Lors de la livraison de ces bouteilles non capsulées dont les droits auront été acquittés, la loi actuelle prévoit la nécessité de remettre un document d'accompagnement type DSA. « La DSA sera dématérialisée et pourra se faire de façon informatique, au même titre que la DAE », promet Régis Cornu. Pour éviter cette DSA, dont l'édition peut s'avérer compliquée pour une vente aux particuliers ou à des restaurateurs, celui-ci rappelle qu'une facture commerciale complétée des informations obligatoires - nom et coordonnées de l'acheteur - peut faire office de document d'accompagnement. « Le ticket de caisse ne sera en revanche plus suffisant », précise celui-ci.

 

« Ce mode de fonctionnement n'est cependant pas figé », poursuit ce dernier : des réunions de travail sont prévues à la rentrée 2018 entre l'administration fiscale et les représentants professionnels, afin d'étudier toutes les conséquences et adaptations nécessaires. « Cela pourra donc évoluer en fonction des points de crispations du groupe de travail », prévient le responsable.

Une distinction entre vin de négoce et de récoltant compliquée

 

Si côté négoce la décision a sans doute été bien accueillie, étant demandeur de cette évolution, il n'en est pas de même pour la production, que la question divise, « la demande de suppression de la CRD n'émanant que d'une partie d'entre eux ». « Les vignerons coopérateurs y étaient plutôt favorables, témoigne Anne Haller, directrice de la CCVF. Les documents d'accompagnement suffisent à prouver la traçabilité et le paiement des droits d'accise ; il y avait donc pour les entreprises un doublon en la maintenant, explique celle-ci. Mais ceux qui veulent continuer avec la CRD peuvent le faire : son maintien reste facultatif ».

A l'inverse, le syndicat des vins de Bourgogne se déclare « inquiet » : dans un communiqué de presse, celui-ci dénonce un « risque d'affaiblissement du système de contrôle des vins d'appellation et de rendre plus facile les fraudes et les contrefaçons ». Ses représentants craignent par ailleurs que les consommateurs ne puissent plus se repérer à la couleur et à la mention « récoltant » inscrites dessus, utilisées pour les aider à choisir leurs vins. L'ODG conseille donc à ses adhérents de maintenir son usage et aux consommateurs français de continuer à acheter des vins « avec une Marianne ».

 

En cas de recours à une capsule neutre, la question reste donc de savoir si les producteurs seront libres d'y inscrire la mention « récoltant », dans la mesure où cette dernière deviendra à usage « commercial », afin de se différencier du vin de négociant. « La question de se dégager de la contrainte administrative était une question à résoudre ; celle de la communication et de la distinction entre les deux statuts en est une autre : nous avons un an pour y réfléchir », estime Anne Haller

 
invitation à la dégustation à l'aveugle : de grands crus du Languedoc PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Mercredi, 19 Septembre 2018 13:47

invitation à la dégustation à l'aveugle :

de grands crus du Languedoc

 

Le lundi 15 octobre 2018.

 

le Programme ici

 

Contact et inscription :

 

auprès de Georges Gracia avant le 8 octobre 2018.

 

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou 06.09.97.17.05

 

 
Publié le 14/09/2018 à 07:49, Mis à jour le 14/09/2018 à 09:57 Une journée vin et cuir pour la présidente de l'Occitanie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Mardi, 18 Septembre 2018 14:59

Publié le 14/09/2018 à 07:49, Mis à jour le 14/09/2018 à 09:57

Une journée vin et cuir pour la présidente de l'Occitanie

 

Carole Delga a mis la main au sécateur en compagnie de Christophe Ramond, président du conseil départemental./ Photo DDM, Emilie Cayre

 

La présidente de la région Occitanie n'était pas venue dans le Tarn depuis un petit moment. Alors, hier, Carole Delga s'est offert deux visites en une dans le département. Avec pour fil conducteur de ce déplacement tarnais, le savoir-faire et l'innovation.

Période des vendanges oblige, la présidente régionale s'est rendue au domaine Gayrard, situé à Milhavet. L'Occitanie est le 1er vignoble mondial en vins d'origine. L'an passé, c'est dans le Languedoc-Roussillon que Carole Delga s'était adonnée aux vendanges. Au tour des vins du sud ouest de bénéficier de sa visite. Dans ce domaine familial de l'appellation gaillac, elle a pu vérifier les actions de la région pour la viticulture.

 

Coups de sécateur

Entre deux coups de sécateurs, Pierre Fabre, désormais à la tête d'un domaine qu'il refait vivre depuis quatre ans, a témoigné de son expérience. En 2014, il a replanté plusieurs hectares de vignes. L'occasion pour Carole Delga d'indiquer que la Région a mis en place, en 2017, des aides aux plantations nouvelles et aux cépages résistants.

L'Occitanie, dont 25 % des exploitants agricoles sont des viticulteurs, soutient la filière avec des avances de trésorerie. Pierre Fabre en sait quelque chose. Il a bénéficié de ce dispositif l'an passé suite à la période de gel qu'il avait subie sur plusieurs parcelles.

La Région vient également de mobiliser 1 million d'euros en juillet pour aider les agriculteurs et les viticulteurs touchés par les intempéries.

 

Renouveau de la filière cuir

À Graulhet, c'est aussi une aventure familiale que Carole Delga a saluée. À la tête de l'entreprise Euréka, Miguel et Fatima Valentin travaillent avec leurs quatre enfants. Spécialiste du cuir, contre collage, transfert de peau, cette société symbolise le désir de renouveau de la filière graulhétoise. Carole Delga a salué le savoir-faire et la capacité d'innovation de l'entreprise. «Quand on parcourt votre book avec des noms comme Chanel ou Vuiton, on voit que le renouveau de votre secteur passe par l'excellence et l'innovation», s'est félicitée Carole Delga. La Région a aidé Euréka à hauteur de 60 000 euros pour l'acquisition de matériels et l'aménagement de locaux. La présidente de l'Occitanie a annoncé qu'une nouvelle aide de 90 000 euros sera proposée au vote des élus régionaux en décembre.

Durant toute sa visite, Carole Delga a mis en avant l'authenticité des terroirs de la région et la recherche de l'excellence. «C'est la marque de fabrique du produit en Occitanie».

P.G.

 
Venez vendanger à La Colombière PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Mardi, 18 Septembre 2018 14:41

VENDANGES

EN FAMILLE & ENTRE AMIS

Philippe et Diane Cauvin vous invitent

 

Souvenir d'enfance, exigence de qualité, expérience inédite ou simple moment de convivialité :

Venez vendanger à La Colombière

 

 

  • Venez en famille ou entre amis et choisissez une date:

Dimanche 23 septembre 2018 - rdv au Domaine à 9h00 le matin

Dimanche 30 septembre 2018 - rdv au Domaine à 9h00 le matin

casse-croûte vigneron offert et partagé à midi

NB: Nous fournissons les sécateurs - veuillez apporter des ciseaux pour les plus jeunes.

 

  • Le lieu:

Domaine de La Colombière

190 route de Vacquiers

31620 VILLAUDRIC

 

  • Inscrivez-vous et confirmez le nombre de personnes:

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

 
Vin bleu : qu'est-ce que ce terme signifie ? PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Vendredi, 14 Septembre 2018 14:07

Vin bleu : qu'est-ce que ce terme signifie ?

mercredi 8 août 2018 15:07 - L'hôtellerie - restauration

 

alt
© GettyImages


Si l'on vous pose cette question au restaurant, vous risquez d'être surpris. Pourtant, du vin bleu est apparu, depuis peu, sur le marché.

C'est une entreprise de Sète qui vient de se lancer dans la commercialisation de ce vin insolite. Il est présenté comme un vin 100 % naturel, idéal pour l'été. Il est fabriqué dans le sud de l'Espagne, 100 % à base de chardonnay.
Selon le producteur, il est obtenu 'par une seconde macération avec des peaux de raisin noir contenant des anthocyanes qui lui donnent cette couleur originale'. 
Les anthocyanes sont des pigments naturels des feuilles, des pétales et des fruits, solubles dans l'eau, allant du rouge orangé au bleu pourpre. Situés dans la pellicule des raisins, ils se retrouvent dans les moûts. Ce sont eux qui donnent leur couleur aux vins rouges. Pour les vins, on connaît bien les mauves et les rouges, les bleus beaucoup moins…

Toutefois, cette mise sur le marché provoque des polémiques. En effet, plusieurs scientifiques de l'Institut national de la recherche agronomique (Inra), émettent des doutes quant à la possibilité d'obtenir du vin bleu par ce procédé en raison du pH des vins en général. 

Le pH (potentiel Hydrogène) permet d'évaluer le caractère acide ou basique d'une solution aqueuse. Plus la solution est acide, plus la valeur du pH est faible et inversement.

Les anthocyanes ne passent au bleu qu'en milieu basique, à un pH supérieur à 7. Or, le pH d'un vin varie en général en 3 et 4, le plus souvent autour de 3,5 et 3,6. Ce qui remet donc en question l'explication du producteur sétois. 

Affaire à suivre. 
#vinbleu #insolite #chardonnay

alt
Paul Brunet

 
Premier jour de vendanges chez les vignerons des Côtes-de-Gascogne PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Vendredi, 14 Septembre 2018 14:06

Publié le 11/09/2018 à 16:52, Mis à jour le 12/09/2018 à 09:54

Premier jour de vendanges chez les vignerons des Côtes-de-Gascogne

 

Top départ pour les Côtes-de-Gascogne. Les vendanges des cépages dits précoces ont commencé, tôt ce mardi matin, du côté d’Aignan, Plaisance-du-Gers et Saint-Mont dans le Gers. Un moment toujours aussi important pour les vignerons.

Le soleil est tout juste levé sur les coteaux aignanais que déjà, les machines à vendanger tournent à plein régime. Non loin de là, Gérard Fitan, vigneron à Pouydraguin, dans le Gers, surveille de près l’avancée de cette première matinée de récolte de la saison.

«Pour nous, le plus dur est déjà passé. Les vendanges sont la dernière étape d’un long travail réalisé principalement en amont », confie ce vigneron affilié au groupement Plaimont Producteurs depuis 1986. « Aujourd’hui, nous nous concentrons sur les cépages de Gascogne, dits précoces. On commence donc par le merlot, en rouge, et le sauvignon, en blanc. »

Et pour conserver tous les arômes de ces cépages connus mondialement sous l’IGP Côtes-de-Gascogne, la vendange se doit d’être matinale. « Nous vendangeons de nuit pour garder, au maximum, la fraîcheur du raisin ainsi que toute sa qualité et ses arômes, indique-t-il. En une heure, il doit ensuite rejoindre la cave pour être vinifié. »

Un bon millésime en prévision

Direction la cave d’Aignan, à quelques kilomètres, pour ces raisins qui vont être testés et analysés par le technicien et l’œnologue de la coopérative Plaimont Producteurs avant d’être pressés directement sur place. « Ici, à Aignan, tout comme dans les caves de la coopérative à Saint-Mont ou bien à Plaisance-du-Gers, on teste le taux de sucre et d’acidité avant de catégoriser chaque vin et de les isoler en cave », explique Nadine Raymond, responsable recherche et développement.

Cette année, la saison s’annonce prometteuse sur l’ensemble des cépages malgré une pluviométrie bien au-delà de la norme en début d’été. « Heureusement, il n’a pas plu depuis un mois maintenant. Le temps actuel — journée chaude et nuit fraîche — est idéal pour la maturation de ces cépages précoces », ajoute de son côté le vigneron.

Ce sont donc des rendements normaux qui sont attendus pour la saison sur les 5 300 hectares de vignes cultivées. « Tant mieux » selon la coopérative qui « cherche bien la qualité plutôt qu’à augmenter les rendements ».

Une politique qui plaît aux vignerons affiliés — au nombre de 800 — fidèles depuis des dizaines d’années parfois, comme Gérard Fitan, à la coopérative Plaimont Producteurs.


Vers le 17 septembre pour les AOC

En ce qui concerne les AOC Saint-Mont, AOC Pacherenc du Vic-Bilh et AOC Madiran — produits également au sein de la coopérative Plaimont Producteurs — les vendanges devraient commencer à partir du lundi 17 septembre. Celles-ci se feront à la main afin de protéger les baies jusqu’à leur arrivée au chai.

 
Edition 2018 DU RUINART SOMMELIER CHALLENGE PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DEMOLIS Nicolas   
Mardi, 11 Septembre 2018 18:08
ÉDITION 2018 DU RUINART SOMMELIER CHALLENGE
 
Pour la première fois de son histoire, le Ruinart Sommelier Challenge va disposer cette année d’une édition française. Ce programme international,
à visée éducative et à destination de la communauté de sommeliers, met en lumière les plus grands talents mais entend surtout développer et promouvoir
la formation continue au sein de la filière Vins. Créé il y a 10 ans aux Etats-Unis , il est aujourd’hui organisé dans 12 pays.
 
Une seule date : Lundi 22 octobre 2018 à Paris
 
La première édition française du Ruinart Sommelier Challenge aura lieu à Paris le lundi 22 octobre 2018. Le jury sera composé cette année
de Frédéric Panaiotis, Chef de Caves de la Maison Ruinart, de Philippe Faure Brac, Meilleur Sommelier du Monde en 1992 et Président de l'Union de la Sommellerie Française,
de Fabrice Sommier, MOF en 2007, Master of Port 2010 et Maître Sommelier de l’Union de la
 
L'événement débute par 20 minutes de présentation du Challenge et des membres du jury.

 

Les candidats ont ensuite 40 minutes pour déguster à l'aveugle quatre vins tranquilles ou pétillants provenant de différentes régions du monde. L'évaluation portant sur la description

et la reconnaissance des vins, sur des suggestions d'accords et de température de service. Deux vins sur quatre devront être commentés en anglais. Chaque année, le thème de la dégustation

change afin d'offrir aux sommeliers une expérience riche et toujours unique.

 

Après une pause, les candidats assistent à une présentation sur un sujet technique suivie d'une dégustation par le Chef de Caves de la Maison Ruinart, Frédéric Panaïotis, pour une durée de 60 minutes .

 

La matinée se conclue par un déjeuner mettant en lumière les cuvées Ruinart par des accords mets et champagne.

 

Les résultats finaux sont communiqués le jour-même avec l’annonce d’un ou d’une gagnant(e).


 
Le séjour en Champagne
Le ou la gagnant(e) du Ruinart Sommelier Challenge France Edition 2018 sera convié(e) en Champagne pour un séjour de formation de quatre jours durant l'été 2019, aux côtés des sommeliers vainqueurs de quatorze autres régions du monde. Les gagnants participeront à plusieurs activités incluant notamment une visite privée des Crayères de la Maison Ruinart, des sessions de dégustations uniques, la découverte de la région, de son terroir, de sa gastronomie, mais aussi une visite du vignoble expérimental du CIVC et de nombreuses autres activités !

 

Pour vous inscrire voici le lien.

 https://www.ruinart.com/fr-fr/ruinart-challenge 

 
<< Début < Précédent 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 Suivant > Fin >>

Page 1 sur 121

Rechercher

Photos

Actualités

Identification

©2008 NetAssoPro Tout droits réservés