Accueil > Actualités > Planter des chênes au milieu des vignes La Route des Vins - Château Montus
Planter des chênes au milieu des vignes La Route des Vins - Château Montus PDF Imprimer Envoyer
Écrit par DESBUREAUX Robert   
Dimanche, 27 Août 2017 11:00

Publié le 27/08/2017 à 03:52, Mis à jour le 27/08/2017 à 08:33  La Dépêche

Planter des chênes au milieu des vignes

La Route des Vins - Château Montus

 

Alain Brumont prône le retour des arbres dans les vignes. «Les arbres coopèrent avec leur milieu et ce sont des abris pour la faune. Il faut comprendre et écouter ce que nous dit la nature.»/ Photo Mickaël Louit.

Alain Brumont prône le retour des arbres dans les vignes. «Les arbres coopèrent avec leur milieu et ce sont des abris pour la faune.
Il faut comprendre et écouter ce que nous dit la nature.»/ Photo Mickaël Louit.

alt

 

Non, le chêne ne sert pas qu'à fabriquer les barriques, il peut aussi avoir une influence positive sur la vigne. Alain Brumont en est persuadé et se fait le chantre des «chênes élémentaires».

Ce qu'il y a de bien avec Alain Brumont, c'est que rien n'est dû au hasard. On peut avoir l'impression que l'homme, jamais à court d'une idée, part dans tous les sens, mais c'est se tromper.

Aujourd'hui, donc, il se passionne pour les chênes. Mais ce n'est pas vraiment nouveau, il y a 5 ans déjà, il a fait construire une cabane perchée, sur un chêne qui trône au sommet de La Tyre, sa parcelle la plus prestigieuse.

Un symbole précurseur donc, et comme Alain Brumont a de la suite dans les idées, il s'intéresse maintenant à la vie de l'arbre sacré… «Le chêne, encore plus que d'autres arbres, coopère avec son entourage, car il développe dans ses racines un réseau mycorhizien qui enrichit le sol.»

L'auto-fertilité

Pour appuyer ses propos, Alain Brumont a invité deux agronomes réputés, Konrad Schreiber et Hervé Coves, pour disserter sur le sujet. Les deux experts, spécialistes dans le «postbio», refusent tout intrant chimique dans l'agriculture, au profit d'une approche globale, presque intellectuelle.

 
 

«L'idée, c'est de s'appuyer sur le biomimétisme, comprendre pourquoi des plants peuvent coopérer, et pour quel bénéfice, en clair, ne plus faire contre les autres plantes, mais avec, et sortir du champ de la fertilisation pour aller vers celui de la fertilité, de l'auto-fertilité.»

Plaisant, mais ça va à l'encontre de tout ce qui a été fait en agriculture depuis des décennies. Et même en viticulture… «C'est vrai, le dogme veut que la vigne soit seule, que le sol lui soit réservé», reprend Alain Brumont, «mais c'est une erreur, chez nous, on a toujours laissé respirer la vigne, sans la couper de son environnement, parce qu'il la protège. C'est pour ça que depuis mes débuts, je ne traite quasiment pas mes vignes, j'ai souvent été qualifié de fou pour ça, mais il y a des méthodes pour éviter les maladies, des méthodes héritées de nos anciens.»

Mais ne lui parlez pas de bio, même si ça y ressemble, il estime que les conversions au bio sont avant tout des artifices marketing…

Bref, Alain Brumont est toujours en avance, et entend bien aujourd'hui redonner au chêne toute sa place. «Il fertilise les sols, il attire les pollinisateurs, c'est un abri pour la faune, notamment les chauves-souris, qui se repaissent des insectes néfastes à la vigne.

Et puis, il donne des glands qui sont la base de l'alimentation du porc noir de Bigorre. C'est un arbre universel !»

D'où sa volonté de réhabiliter les «trognes» (voir encadré), voire de replanter des chênes dans ses vignes. Ne lui déplaise, c'est quand même bio, tout ça. Mais quand on remarque que ses initiales, AB, sont les même que celles du logo de l'Agriculture biologique, on se dit que défensivement, il n'y a pas de hasard. Jamais, avec Alain Brumont…


L'éloge de la trogne

Une trogne, c'est un arbre qui a été étêté pour qu'il produise davantage. Une pratique ancestrale, tombée en désuétude au nom du «laisser faire» de la nature. «Le problème d'un arbre, c'est qu'il ne sait pas s'arrêter de pousser et qu'il y perd toute son énergie», résume Alain Canet, spécialiste en agroforesterie (l'art de combiner arbres, culture et élevage), président de l'association Arbre et Paysage 32, «à quoi bon mesurer 40 mètres, on devient plus fragile». Et de prouver par l'exemple, en montrant une superbe trogne, un chêne daté de 480 ans au tronc impressionnant. «Personne ne s'étonne que l'on taille la vigne, pourquoi ne pas tailler les arbres. Une trogne vit de deux à trois fois plus longtemps, ça ne doit pas être si mauvais que ça, d'être taillé…» Une démonstration de taille (à ne pas confondre avec de l'élagage), réalisée par l'entreprise Sanguinet, a conclu l'exposé : «Dans 50 ans, cet arbre sera toujours là, et en attendant, on a récolté du bois, sans l'abattre», précise-t-il, «un arbre, ça se cultive».

 

Rechercher

Photos

Actualités

Identification

©2008 NetAssoPro Tout droits réservés